Conseil de famille
Que vous soyez, proche aidant pour votre parent, votre conjoint, votre sœur… Il est clair qu’un jour ou l’autre, les besoins se feront sentir mais il est par contre fréquent de constater qu’il est difficile de demander de l’aide. Vous me direz que vous êtes habitués de vous débrouiller seul, que les gens qui vous entourent devraient savoir que vous avez besoin d’aide. Et que de plus, vos proches ont aussi leur lot de préoccupation et leurs propres engagements familiaux, professionnels et autres. Mais avec des « si» et des «peut-être», vous ne serez pas en mesure d’obtenir tout le soutien nécessaire pour aider sans vous épuiser.

Pour clarifier ces «si » et ces «peut-être» et témoigner de votre réalité d’aidant, il peut être intéressant de planifier un conseil de famille. Ce sera également une belle occasion de nommer ce qui dans votre rôle d’aidant vous demande beaucoup trop d’énergie : gestion des factures, présence constante auprès de votre proche, recherche des services et d’information, préparation des repas, entretien extérieur, etc. À l’issue de cette rencontre, vous devez obtenir des engagements plutôt que des promesses.

Par contre, la première condition pour demander de l’aide c’est d’accepter ses limites et laisser à ses proches, la place qui leur revient, en tenant compte de leurs habiletés, de leurs préférences, de leur disponibilité.

En vous soutenant dans ces tâches essentielles, votre famille vous permettra de passer davantage de temps de qualité avec la personne que vous aidez. Et à leur tour, ils pourront se sentir valorisés par l’aide apportée.

À titre d’exemple, votre frère qui vit à Vancouver, pourra peut-être vous aider dans la recherche d’informations et de services alors que votre sœur qui demeure à proximité pourra assurer l’accompagnement aux rendez-vous médicaux.

Outre le partage plus équitable des responsabilités, un conseil de famille pourra également vous permettre de faire des choix concernant le bien-être de votre proche qui n’est plus en mesure de prendre ses propres décisions. Vous éviterez ainsi que des décisions importantes ne causent d’importants conflits au sein la famille.

Lorsque certaines tensions existent au sein de la famille et que les vieilles histoires refont surface la collaboration est souvent plus difficile. Il est quand même possible de tenir un conseil de famille mais Il sera par conséquent important de déterminer clairement les tâches qui pourront vous soutenir en établissant un horaire fixe pour chacune d’elle. Au-delà des vieilles querelles, une certaine solidarité peut être possible si lors de nos échanges, le bien-être de votre proche est priorisé.

• À titre d’exemple, votre beau-frère pourrait passer chaque jeudi matin, rendre visite à votre conjoint, le temps que vous puissiez vous offrir une sortie, un moment juste pour vous.

Tout cela vous semble compliqué et vous souhaitez être soutenu pour la planification d’un conseil de famille, contactez votre association de proches aidants, ils pourront vous aider à bien identifier vos besoins et à préparer votre rencontre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *